Mon cinquième mois de grossesse

Mon cinquième mois de grossesse a été le pire mois. En effet, c’est lors de ce mois que j’ai appris que j’avais une grossesse à risque avec une menace d’accouchement prématurée (MAP).

Je vous raconte tout cela dans cet article…

 

Début du mois : il n’y a rien d’inquiétant

Le début du mois a été plutôt calme comparé à ce qu’il s’est passé à la fin du mois. J’ai commencé à ressentir de plus en plus les mouvements du bébé. De plus, mes problèmes de nez et de boutons se sont progressivement évaporés.

Mon ventre et les mouvements du bébé

Les mouvements du bébé se font de plus en plus perceptibles. Le papa a même senti pour la première fois le bébé bouger. Les mouvements se sont fait sentir essentiellement le soir.

Concernant mon ventre, il a très peu évolué. Il a un poil grossit mais c’est peu visible.

 

Disparition de la rhinite et des boutons

Mes petits soucis de santé (rhinite et démangeaisons) ont progressivement disparus. Enfin ! Que cela fait du bien. La rhinite est parti d’elle même sans que je n’ai eu recourt à quelconque médicament.

Mes démangeaisons sur le corps sont également parti, mais grâce à cette satanée pommade à la cortisone. Et oui, j’ai craqué et mis cette pommade à mon grand regret. Mais, j’avais tellement mal, c’était insupportable. Je devais faire quelque chose.

grossesse enceinte maternité bébé maman

 

Milieu du mois :

Le milieu du mois a été marqué par la découverte du sexe du bébé lors de la deuxième écho. Par ailleurs, des contractions non douloureuses se sont fait ressentir et mon moral était au plus bas.

Deuxième échographie et découverte du sexe

Avec le papa nous étions très impatients d’aller à la deuxième échographie et de découvrir enfin le sexe de notre bébé. Durant cette écho, le bébé n’était pas tellement coopératif et a donné du fil à retordre à la sage femme. En effet, le bébé n’était pas à la verticale, mais plutôt de façon transversale. C’était alors compliqué pour la sage femme de regarder certaines parties du corps. Le bébé bougeait pas mal, ce qui n’arrangeait pas les choses !

Elle m’a alors demandé de me mettre sur un côté puis sur l’autre afin de mieux voir. C’est de là qu’elle a pu prendre toutes les informations nécessaires : le bébé faisait 423 g, l’activité cardiaque, la quantité du liquide amniotique et le placenta étaient normaux, il n’y avait aucune anomalie morphologique. Tout était donc normal.

Puis vient l’annonce du sexe ! La sage femme nous annonce, après validation de notre part, que le bébé est une petite fille. Nous étions ravis ! Nous avons, dans les jours qui suivent, annoncé la bonne nouvelle au monde entier.

 

Des contractions et pas le moral

De temps en temps, mon ventre était dur. Ce qui ne m’a pas plus inquiété que cela. Etant ma première grossesse, je ne pensais pas que cela pouvait être des contractions non douloureuses. Mais, on me le dira à la fin de ce cinquième mois.

De plus, le moral n’était pas top, top. J’étais énervé pour un rien. Je pleurais de nombreuses fois. Mon boulot me pesait.

grossesse enceinte maternité fille garçon sexe bébé

 

Fin du mois : rien ne va plus !

J’ai considéré la fin du mois comme une descente aux enfers. En effet, j’ai appris que j’avais une grossesse à risque. En une seule journée, la grossesse que je m’imaginais au début comme superbe s’est transformée en un calvaire.

2ème RDV avec ma sage femme

J’étais impatiente d’avoir le deuxième RDV avec ma sage femme. Au début tout s’est très bien passé. Nous avons beaucoup discuté sur mon état et mes maux actuels. J’y ai demandé des renseignements notamment sur la pratique de la piscine lors de la grossesse. Elle m’a recommandé de surtout nager en brase avec la tête sous l’eau ou sur le dos. Puis, elle a regardé mes derniers résultats de prises de sang ; tout était ok.

Ensuite, elle a commencé à m’examiner. Elle m’a pris ma tension ; elle était bonne. Puis, elle a mesuré la hauteur utérine ; elle était plus basse que la moyenne, mais apparemment pour une première grossesse, il n’y avait rien d’inquiétant.

Et c’est là que tout va s’enchaîner très vite ! Elle m’a fait un touché du col et a commencé à faire une drôle de tête. Une tête inquiète ! Mon col était mi long et mou. Il ne devait pas être comme cela à ce stage de la grossesse.

Ma sage femme m’a alors prescrit une ordonnance pour une échographie du col à faire immédiatement avec sa collègue de cabinet.

Pour finir, elle m’a fait un arrêt de travail d’une semaine.

 

Echographie d’urgence du col

Me voilà à attendre pour une écho de mon col. J’ai commencé à stresser. Je suis passée en urgence entre deux patientes.

La sage femme a d’abord regardé le bébé. Tout allait bien. Pour le col, ce n’était pas la même histoire. Il était trop fin pour un cinquième mois de grossesse. L’avantage c’est qu’il était encore fermé et que le bébé n’appuyait pas dessus.

Après cette écho, j’ai revu ma sage femme et lui résume la situation. Elle m’a fait alors une lettre pour aller aux urgences de ma maternité. Et le stresse monte encore plus…

 

Aux urgences de la maternité

Après mettre présentée à l’accueil de ma maternité, je me suis dirigée aux urgences. Une aide soignante m’a pesé, pris ma tension, ma température et un échantillon d’urine. Une première sage femme interne m’a consulté. Elle n’a trouvé pas que le col était fin et qu’il n’y avait rien d’alarmant. Une autre sage femme m’a alors consulté pour vérifier. Et là elle m’a expliqué que le bébé avait la tête en bas sur le col et que mon col était fin et mou. Elle m’a parlé alors de perte du bébé, de prématurité et de grossesse à risque. Tout s’est chamboulé dans ma tête et c’est à moment là que j’ai craqué.

Ensuite, j’ai du attendre une obstétricienne. Durant cette attente j’ai pu enfin avoir le papa au téléphone. Je lui ai tout expliqué. Il a quitté d’urgence son travail pour me rejoindre.

L’obstétricienne m’a redit ce que la deuxième sage m’avait dit. Elle m’a confirmé que j’étais sous une menace d’accouchement prématuré. Elle m’a expliqué aussi que le ventre dur dont je parlais toute à l’heure correspondait à des contractions et que ces dernières fragilisaient progressivement mon col.

Puis, elle m’explique les consignes de repos que je vais devoir prendre à partir de maintenant : ne pas porter de charges lourdes, arrêter la voiture, les courses, les efforts, rester allonger la majorité du temps. Vous l’aurez compris, à partir de ce stade de grossesse, je devais être alité.

De plus, elle a mis en place des consultations à domicile par une sage femme et ce à raison d’une consultation par semaine. Par ailleurs, elle m’a donné RDV à ma 25 SA à la maternité pour réévaluer la situation. L’arrêt de travail d’une semaine s’est alors transformé en un arrêt d’un mois.

Je suis ressorti de la maternité complètement abattue. J’ai prévenu mes proches, mon chef et ma sage femme. Puis, je suis rentrée chez moi…

 

Début de l’alitement

Et bien voilà, c’est le début d’une longue période de repos. Plus d’efforts, que du repos, rien que du repos. Je l’ai très, très mal vécu. La grossesse que je m’imaginais au début a complètement disparu à partir de ce fameux jour d’octobre.

J’ai réalisé à ce moment là que mon travail était surement en partie responsable de cette situation, de toutes ces contractions à répétition. Je vous ferai un article uniquement sur ce point là.

grossesse enceinte maternité bébé maman prématurité

Avez-vous connu ce type d’événement lors de votre grossesse ? Avez-vous eu une grossesse à risque ?

Vat

Articles similairesLa découverte de ma grossesse ; Mes deux premiers mois de grossesse ; Mon troisième mois de grossesse ; Mon carnet de grossesse, pour se souvenirMon quatrième mois de grossesse

 

Facebooktwitterpinterestinstagrammail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *